Tidoudou et Marco poursuivent leur route vers la Nouvelle Calédonie

C’est Siai (de Waitui marina) qui me sors de mon coma d’après navigation.

Il s’est accroché au rail de fargue dans sa barquasse en bois  le sourire jusqu’aux oreilles. Il me souhaite le bienvenue :

–  « Are you french?? »

– Yes!

– Haaa… football world cup good !!!

Je lui dis que malheureusement je n’ai pas la télé et que je n’ai rien vu….

Ni une ni deux, il m’invite chez lui pour regarder la finale avec le décalage horaire.

Il m’attend donc à 2H30 du matin pour le coup d’envoie à 3h, (toujours avec la banane jusqu’aux oreilles) pour le grand match.

On arrive chez lui le fiston dort sur le canapé. Ca ronfle de partout et me voila installé devant la télé, le son à bloc.

Siai se régale, il adore le foot et je dois avouer que je me suis régalé autant que lui…..

J’ai choppé la bouée 19 toujours un bon signe pour moi ce numéro…

Je suis un peu a l’écart de la ville, au calme dans un bras de mer hyper tranquille.

Tout le monde est super ici ! Quelle belle surprise finalement fidji…

Tout est possible ici : en 2 jours, j’ai fait réparer le moteur de l’annexe, la capote de descente pourrie. Elle a été entièrement customisée par Shabman (une indienne) qui fait de la couture pour les voiliers de passage. Pour 150 euros me voilà avec une capote rénovée et étanche. La lessive de ,2 mois pour 5 euros, pliée et repassée. Le hublot changé, ça traine pas ici…

Ca me rappelle un peu l’île Maurice : beaucoup d’Indous, quelques fidjiens aux cheveux crépus. Ca grouille, ça vit… Le marché est magnifique : des fruits partout ! Quel bonheur après le rien des Tonga.

Je repars demain pour l’ouest des Fidji. Un peu plus de 200 miles finalement ! Je vais me les claquer d’une traite soit 2 bons jours en mer.

J’ai gardé mes surfs et j’ai l’intention de m’en servir un peu. C’est l’endroit où jamais… je peu mouiller et partir du bateau à la rame jusqu’au pic…. Finalement le rêve de tout surfeur….

19/07

Je profite du réseau en longeant Gau. Il est 01 heure du mat.

17° 50 S/179°13 E

Tout roule !!! Du bonheur pour l’instant : mer belle, vent 10 noeuds au travers… Je savoure !

Apparemment la fin de cette navigation se complique…

Le 20/07

« Putain je te raconte pas l’épreuve… comme ci c’était pas assez dur comme ça…. Mais bon ! j’en sortirai grandi, c’est sûr ! et j’espère moins con….
La bonne nouvelle est qu’avant hier, je me suis arrêté à koro pour la nuit.
Je suis allé faire un tour au village qui a été dévasté par le cyclone
Winston en 2016. 200 noeuds de vent, les vagues sont montées jusqu’au
toit de l’église….
A terre une canadienne Jessica, qui était la depuis un an pour aider à
reconstruire le village, m’a demandé si je pouvais l’ embarquer jusqu’à
Lautoka. C’est là où je vais….
Elle aime la voile et faire la cuisine je vais lui proposer de continuer avec moi et lui payer le billet retour.
Je pense qu’elle acceptera c’est une belle personne…..
J’ai un bon 20 noeuds par le travers. En ce moment nous sommes sous trinquette et 2 ris.
Position : 19°29S/ 178°13E

21/07

Nous sommes arrivés à Lautoka… Nous nous sommes fait matraquer toute la nuit : vent de Sud, grains sur grains….

La belle a fait à manger. Elle ne dit rien, reste calme. Je l’embarque pour la nouvelle Calédonie…Elle tient la marée comme on dit 🙂

Le créneau météo a l’air de dessiner mercredi…

23/07

Voilà plus d’un mois que Marco a un soucis au niveau d’un œil. Il me parle de son problème, me demandant de contacter des médecins en France afin d’avoir une sorte de diagnostique.

Apparemment on craint un décollement de rétine . La prudence veut qu’il subisse des examens le plus rapidement possible. La mise en œuvre s’avère quelque peu difficile, aux vues de là où il se trouve. Il pense dans un premier temps poursuivre sa route en bateau en se faisant accompagner par quelqu’un. Il trouve Jessica prête à l’épauler. Mais l’inquiétude le gagne.

« Je suis en train de perdre mon oeil… Je prends l’avion demain pour Nouméa, je n’ai pas vraiment le choix, je pense…..

Il y a plusieurs marina où je peux laisser Tidoudou sans problème….

Je suis décidé a revenir une fois mon oeil sauvé… et le garder encore quelques années…..

Mon moral est bon et gonflé à bloc pour guérir… Aujourd’hui je suis pratiquement aveugle de mon oeil droit… »

Il s’embarque donc pour La Nouvelle Calédonie où les infrastructures lui permettront un examen approfondit. Je reçois de ses nouvelles :

« Ca y est je suis a Nouméa et j’ai effectué tout les examens hier.

C’est pas grave… J’ai une maladie assez rare une choriorétinopathie (comme ils disent) C’est une bulle séreuse sous la rétine. Normalement ça se résorbe tout seul et je récupère la vue sous 3 a 4 mois. J’ai un traitement d’1 mois….

Je t’avoue que je suis plus que soulagé et heureux de savoir que je reverrai normalement.

Tout s’est précipité le dernier jour au Fiji. Il a fallu batailler comme un diable pour avoir une place dans une marina.

« – Tout est complet sir, désolé! » qu’ils disaient… »

C’est à Vuda Point, qu’ils ont réussi à me faire une petite place pour Tidoudou.

La Jess a été vraiment chouette, quand je lui est annoncé que je partais en quatrième vitesse pour la Calédonie et que finalement, ben elle resterait au Fiji, elle m’a proposé de prendre soin de Tidoudou pendant mon absence. Je lui fait confiance et elle est donc dans la marina à bord…

La marina en question est un véritable slalom au milieux des reefs, (digne de la Bretagne) Ce matin là, la tête déjà dans l’avion, et une vue quasi nulle, j’ai fini sur les caillasses peu avant l’entrée… Au dernier moment, j’ai senti que quelque chose de pas très normal se dessinait devant l’étrave. Marche arrière toute….mais trop tard !.

J’ai tapé à moins de 2 noeuds (je pense), rien de grave, juste quelques éraflures sur la quille. Au moins maintenant, je suis fixé : la réparation est solide….Mais c’est jamais super agréable de talonner……

Je suis sur le bateau de sylvain, il a été super et m’a conduit partout.

Je vais rester 3 ou 4 jours et repartir pour les Fidjis où de nouvelles aventures m’attendent… Je suis gonflé à bloc pour aller jusqu’en Australie. Cette histoire d’oeil m’a fait réaliser que tout peu s’arrêter du jour au lendemain.

Alors je vais pas me gêner pour en profiter à fond les ballons… »

Nous  voilà rassurés et attendons donc à présent, la suite de son aventure…

Laisser un commentaire